Nos retraites

Protéger notre régime de retraite et en améliorer certains aspects : on est là!

PROPOSITIONS EN CONSULTATION AUPRÈS DES MEMBRES

 

Que le Front commun revendique les bonifications des conditions de retraite suivantes sans effets sur le taux de cotisation :

  • Améliorer la retraite progressive, notamment :
  • Allonger la durée maximale des retraites progressives prévue à la loi sur le RREGOP, la faisant ainsi passer de 5 années à 7 années;
  • Prévoir que la travailleuse ou le travailleur qui se prévaut du programme de retraite progressive puisse le poursuivre au-delà de la durée initialement convenue tout en n’excédant pas la période maximale prévue au programme;
  • Instaurer un mécanisme de revalorisation de la rente pour une retraite après 65 ans;
  • Augmenter l’âge maximal de participation au RREGOP à 71 ans;
  • Ajuster l’hypothèse de taux d’intérêt de la compensation de la réduction actuarielle;
  • Instaurer la prestation anticipée.
  • Que le Front commun revendique des mesures structurantes pour stabiliser le taux de cotisation dans le contexte de la maturité croissante du RREGOP à partir de l’évaluation des recommandations de la partie syndicale au comité de travail CSN-CSQ-FTQ.
  • Que le Front commun revendique que la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) améliore ses politiques d’investissements responsables, en particulier sur les critères « social » et « environnemental » de ses stratégies d’investissements.

 

Nous avons raison de le revendiquer. Pourquoi?

ARGUMENT 1 : parce que le RREGOP est en santé.

    • Le Régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics (RREGOP) est en bonne santé financière. La preuve : la capitalisation est à 109 % et les surplus atteignent 6,7 milliards $, selon la dernière évaluation actuarielle.

 

ARGUMENT 2 : pour stabiliser nos cotisations de retraite.

    • La bonification du Régime de rentes du Québec (RRQ), en vigueur depuis le 1er janvier 2019, va améliorer la qualité de vie à la retraite de toute la population. Cette hausse permettra de faire passer le taux de remplacement du revenu provenant du RRQ de 25 % à 33,3 % et haussera le plafond des gains admissibles.
    • Cela entrainera une augmentation des cotisations au RRQ (autour de 1 % du salaire d’ici 4 ans), mais améliorera le revenu disponible à la retraite sans augmenter le coût de notre régime.

 

ARGUMENT 3 : pour l’avenir de la planète.

    • Puisque nous ne pouvons plus nous permettre d’investir nos précieuses économies sans tenir compte de l’environnement, nous proposons de soutenir, à travers nos investissements, la transition vers les énergies renouvelables et les emplois verts. Nous saluons d’ailleurs les avancées réelles réalisées par la Caisse de dépôt et placement du Québec en matière d’investissement responsable. Nous pensons qu’elle doit aller plus loin en mettant en place un plan de retrait de l’exploitation des gaz fossiles et en se fixant des objectifs plus ambitieux quant à ses cibles de réduction des gaz à effet de serre afin d’être en phase avec l’Accord de Paris et la science du climat.